05 septembre 2017 ~ 4 Commentaires

Mon 1er Ultra : LA CCC Courmayeur/Champex/Chamonix!

1,2,3,4…15…45…70…100km, je passe la ligne d’arrivée de la CCC, une course de l’UTMB pour mon 1er ultra, avec un sourire jusqu’aux oreilles. Quelle aventure… à J+3 il est temps de tout vous raconter.

Sans titre

utmb3Janvier 2017 : Ca y est le verdict du tirage au sort est tombé, le 1er septembre 2017, je serai au départ de mon 1er vrai, gros challenge de ma vie de trailer, la CCC… reliant Courmayeur en Italie à Chamonix en passant par la Suisse avec pas moins de 101km et 6000m de dénivelé positif. Pour finaliser mon inscription, il faut remplir un objectif de temps sur le site de l’utmb, je mettrai 17h-18h en toute modestie en janvier…la course me donnera tort dans le bon sens.

8 mois ne seront pas de trop pour être prêt pour l’événement et bien sûr réaliser la meilleure performance possible car au fond de moi, être finisher si je n’ai pas de blessures ou autre je sais que j’en suis déjà capable.

Mon plan de bataille est prêt, les courses de préparation sont planifiées, les vacances sont aussi en adéquation pour arriver fin prêt le 1er sept ! (je vous ferai un billet sur ma préparation, ca pourra en intéresser certain).

utmb

27 aout : Nous voilà arrivé à Chamonix le dimanche, température caniculaire pendant 3 jours mais le temps tourne et ils annoncent des conditions très difficiles du jeudi au samedi… il va falloir être prêt à surmonter le vent, le froid, la pluie… un petit stress la veille quand l’organisation envoie un texto sur un éventuel changement de parcours mais au final juste la tête aux vent sera enlevé et remplacé par une montée par très les champs de nuit avec une visibilité d’1m dans le brouillard, la pluie et le froid.. je ne sais pas si ça a vraiment facilité les choses au final..20170831_18545120170828_214325

Durant plusieurs semaines, j’ai analysé cette course et ai essayé de comprendre comment ne pas exploser en plein milieu comme beaucoup pour arriver à faire un temps correct. Et bien la réponse est de se caler sur le rythme des féminines qui font très souvent des courses très intelligentes, avec un départ prudent et une remontada au fur et à mesure. Donc ça sera, pareil pour moi, avec pas d’utilisation des bâtons jusqu’ au kilomètre 55 pour pouvoir pousser et soulager mes quadris dans les 3 dernières bosses et ne jamais dépasser les 12kmh même en descente pour ne pas éclater mes fibres (il faudra mettre le frein à main). Ca vous fait peut être rire mais il y a 20km de descente avant la mi course avec une bonne facilité à se dire : allez j’envoie 14kmh 15kmh…mais ca je ne suis pas encore capable d’encaisser pour pouvoir repartir solidement après.IMG-20170901-WA0001

Mon plan de course est donc établi : Partir tranquille jusqu’à Champex kilomètre 55 et essayer d’accélérer en utilisant les bâtons à partir de ce moment-là. Time to Go

utmb2Vendredi 1er septembre 6h06

Réveil matinal après un bon petit dej où il ne faut rien changer à ses habitudes, le temps de s’habiller de jeter un coup d’œil par la fenêtre, ciel gris, nuages bas… allez hop avec la team de choc Melissa et Guillaume, nous prenons la direction de Courmayeur via le tunnel du mont blanc et avec merveille nous arrivons en Italie avec un grand soleil. Top !

8h55 le verdict tombe, la tête aux vents est enlevé mais la distance et le D+ reste le même. La musique officielle commence, 9h pile c’est parti !

Etant dans la 1ere vague, ça part vite comme prévu, je me cale tranquillement à mon rythme, 1er kilo à 13kmh et hop la route s’élève direct donc ça calme tout le monde.

Rdv en haut de la tête de la tronche à 2548m d’altitude, dans cette montée, personne ne parle, pas un bruit, je monte au train dans ce sigle sans jamais faire monter l’essoufflement parfait. 1400D+ et 10km plus tard, l’objectif en haut était de 1h55, je passerais finalement en 1h47min en 155eme position… un peu rapide mais bon pas grave, je suis plus que bien il fait beau, tout va bien.

On entame 15km de descente, un peu de plat et très légère montée, refuge bertone, refuge Bonatti, je suis calé au rythme d’Audrey Bassac (finisher en 15h01) une féminine assez connu en France. Je prends le temps de manger, pompotes, grany choco, coca eau, les voyants sont au vert. Bien sûr dans cette partie, je me fais doubler car tout le monde envoie je passe 169eme puis 159eme pour enfin arrivé à Arnuva 1er gros ravito en 149eme place après 3h41 de course, nous avons parcouru 27km et 1800D+.

On entame le grand col ferret 800D+ et passage le plus haut de la course  2550m, j’entame la montée avec 5 féminines autour de moi.. je leurs dis un petit mot, les caméras sont là sur Audrey, ils nous suivent pendant 10min ds la montée. Il fait beau, je monte à mon rythme. Je monte un poil plus vite que les filles, le sommet est en approche, les nuages et le brouillard sont là, il fait pas chaud. J’enfile ma veste (pour le confort en me disant ca sert à rien de commencer à avoir froid maintenant) pour cette fin de grimpette et le début de la descente, 1h05 pour grimper.. correct. Je devais passer en haut avant les 5h de course, 4h46 à ma montre et tout roule, parfait. 134ème

Voilà le moment où tout se joue pour la suite de la course selon moi, 22km de descente 1800D-, outch… soit tu envoies et oui tu peux courir à 14kmh 15kmh sans problème mais le danger est : m’en remettrai-je par la suite ? Donc toujours le même plan, me pas dépasser 12kmh, le frein à main est en place, je check ma montre pour vraiment ne pas dépasser cette allure. Au 36km, oh drame les crampes arrivent : non c’est pas possible, pas déjà, je bois énormément, je m’alimente, c’est l’incompréhension et la déception, je suis tout seul sur cette partie, obligé de m’arrêter qq instants, je bois mais je n’ai plus d’eau et je mange de nouveau… allez encore 4km et je pourrais faire le point à la fouly.. je ralentis légèrement le rythme pour ne pas réveiller les crampes. Point positif elles ne reviennent pas, alors que j’étais à sec d’eau et je me voyais cramper et vraiment ramasser jusqu’au prochain ravito. Dans ma tête, je me dis allez je vais pas leur dire en arrivant à la Fouly sinon ils vont être déçu de moi, je garde ca pour moi.

Arrivé à la Fouly, 5h33 je suis 132eme, le booooonheur tout le monde est là pour m’accueillir, Mel, Guillaume, Anne-so, Adèle, Papa et Martine. Allez un gros bisous à Adèle et je rentre dans le ravito pour bien manger et boire. Marion Delpierre (finisher en 15h01) est revenu sur moi je lui demande si tout va bien pour elle et je repars direction Champex. On continue à descendre, un éboulement sur le parcours nous fait faire 5km de route non stop en descente, toujours la même IMG-20170904-WA0045stratégie pas plus de 12kmh… je me fais doubler légèrement mais aucun stress. Je discute avec un mec dans la descente, tout le monde me suit en voiture sur plusieurs points de passage c’est cool, on arrive vite au pied de la montée vers Champex le lac ou la, j ‘aurai le droit à mon assistance et on sera à mi course.

Je gère la montée sans bâtons encore tranquille, sans aucun problème, la montée se passe très bien 500 ou 600D+ je crois… Champex pointe le bout de son nez.

Ca y est! Champex, la mi-course! Mon ravitaillement est prêt la table avec tout ce que j’avais demandé dessus, TOP ! Merci Mel et Guillaume !Tellement agréable d’avoir sa team au petit soin pour soi c’est le top! Pain au lait kiri, jambon, St yorre, Banane, changement de t-shirt, je ne m’assois même pas, je suis tellement bien (surement trop bien une erreur de ne pas m’asseoir pendant ce ravito je pense). 55km et 3300D+, je suis 126ème , 7h05 de course, déjà d’avalé, je devais passer en 7h30. Le temps passe si vite, je n’ai pas l’impression d’avoir déjà 7h dans les jambes! 7min de stop ! Feu vert, top !!

Surtout que maintenant, je vais sortir les bâtons, je me sens fort ! Les nuages sont la, le temps entre la Suisse et la France s’annonce pas terrible mais on va faire avec !

Go, ça descend tranquillement pendant environ 4km puis faux plat montant ou il faut trottiner… 9kmh pour moi ici, ça passe. Puis vient cette montée vers Bovine que je n’avais pas trouvé si dur lors de ma reco en juillet mais finalement elle s’avère très éprouvante pour moi, il pleut, nuageux…  je double pas grand monde mais je passe quand même 111ème la haut après 850m D+ j’aurai mis 1h50. Descente vers Trient ou je laisse partir une féminine, je suis souvent seul sur cette course et là je me prends une gamelle bim la tête dans la boue sur une portion moins technique… allez on se relève et on repart. Le col de la forclaz se passe sous des trombes d’eau, je suis toujours en t shirt mais vivement le ravito… enfin il arrive. Je me pose 9min au total… un peu trop surement, mais je prends le temps, je suis moins bien. Une soupe de vermicelle magnifiquement bonne, pain au lait jambon/kiri, les mots de Mel et Guillaume me font du bien. 9h32 de course, 112ème…(après course, ils me diront que j avais vraiment une sale tête à ce moment la). Je repars. Guillaume m’accompagne sur les 500premiers mètres et ce faux plat montant puis GO la terrible montée de Catogne.IMG-20170904-WA0043

Le moment que je redoutais tant est la devant moi. 800D+ de montée sèche, un mur !

Je monte au rythme, 1 seul mec me dépose ds la montée et je double qq concurrents qui sont à l’arrêt total ici, 105ème quasi au sommet…puis finalement 2 autres personnes en direction de Catogne cool… je les dépose dans la descente et fait une super descente jusqu’à Vallorcine qui passe beaucoup mieux que prévu. La nuit est la, il doit rester 100D-, j’en double 2/3 qui s’arrêtent pour mettre et allumer la frontale, je me dis que je le ferai au ravito comme prévu, je ne vois plus grand chose mais ça passe sans chute jusqu’au ravito ou il fait bien nuit, il est 20h26, 11h25 de course, dernier ravito 5min de pause. Je reprends une soupe de vermicelle, tjrs pain au lait, je vais bcp mieux, Guillaume et Melissa le voient bien, la fin de course s’annonce plutôt bien. Guillaume m’annonce 101ème à la sortie du ravito. Le moral au top, je vais aller chercher mon top 100 !

Au bout de 2min dans le faux plat vers le col des montets, un mec me dépose bon allez je suis 102ème c’est pas grave.. j’alterne marche et trottinement alors que je devais que trottiner mais j’appuis la marche à 7kmh donc je me dis que ça va. J’arrive en haut du col des montets où tout le monde m’attends avec la cloche et tout, TOP ! Il fait nuit noir! Il y a une féminine juste devant moi, elle s’arrêtera pour faire un besoin 200m plus loin, vous remarquerez que j’ai éteint ma lampe en passant devant, (gentleman le type).

Bref on arrive à trè les champs, il reste 15km mais une grosse montée vers la Flegere, il pleut fort, la féminine est juste derrière mais au bout de 6-7min de montée, je ne vois plus sa frontale mais tjrs pas de frontale devant… je pousse quand même dans cette montée, je suis essoufflé, je me sens bien, j’arrive à monter au cardio c’est cool d’avoir encore de l’énergie au 85km.. puis finalement j’aperçois une frontale, je le rattrape et le dépose, puis 2, puis 3… ca y est je suis dans le top 100 personne ne viendra me l’enlever j’en suis certain.

Il pleut toujours des cordes, brouillard de folie, 1m de visibilité : un halo de lumière très très restreint. Je m’attendais qu’à monter mais la une descente de 15-20min ultra technique avec des gros rochers, des racines, je ne vois même pas la balise suivante, mais j’avance quand même plus vite que d’autres, je double 2 personnes puis un panneau de randonnée annonce 1h40 la flègère. Je me dis allez je suis solide, je divise le temps par 2… il m’en faudrait finalement que 45ou 47min à peu prêt. Dans cette 2ème partie de montée, je reviens encore sur 2/3 personnes et vois un groupe de 3 juste avant la flégère. Il fait très froid, j’ai les doigts gelé… mais j’ai continué à m’alimenter jusque-là donc je sens que j’ai encore des forces.

La flégére 93km, il est 22h32, ça fait 13h31 que la course a commencé, je suis 94ème… je me pensais 97ème.

Je prends le temps de remplir mes 2 flasques enfin un bénévole le fait pour moi, super sympa… car j’ai les doigts gelés. Les 3 de devant repartent + 2 autres que j’avais doublé, j’ai pris un peu de temps ( 2-3min) mais je me dis qu’il reste 8km et je veux envoyer donc cette petite prise de temps m’était nécessaire… au bout d’1km sur les pistes de ski, je rentre sur le groupe de 4/5… reprise d’un chemin technique je les double un à un et je m’envole devant… puis je reviens progressivement sur d’autres concurrents. 1frontale, 2 frontale,3 frontales… je suis bien j’avance vite 11,7kmh sur les 4 derniers kilo… Ca y est dernière descente, on rejoint la route dans Chamonix, il doit rester 1,5km. Je suis euphorique, 12km/h d’une facilité déconcertante après 99km…( quand je me revoie 3ans auparavant en PLS sur ma fin de Saintelyon ou j’arrivais plus à courir sur du palt, la différence est énorme) on arrive au salon du trail… Guillaume est au bout il me voit arriver avec un gros smile et me dit « c’est bien tonton, t’es vraiment bien la savoure, il y a encore du monde sur la ligne ». je rentre dans la rue piétonne, une sensation de bonheur, la ligne approche. Dernier virage, elle est la enfin la, la si belle arche qui me faisait rêver depuis 8mois, j’y suis ca y est ! Je tape dans les mains des gens sur la dernière ligne droite, j’attrape ma nièce et je passe la ligne avec elle dans les bras.

Je retourne sur le logo UTMB sous l’arche, putain oui je l’ai fait. Moment vraiment magique, rempli de bonheur !

FB_IMG_1504373724758

IMG-20170904-WA0022

14h17 de course, je finis 87ème sur 2150 partant. Soit 7kmh pour 101km et 6000m D+. Un top 100 sur une CCC d’un niveau ultra relevé car elle fait partie d’une manche de l’ultra trail world tour pour la 1ére fois.

Pour mon 1er ultra, je ne pouvais rêver mieux.

10min d’euphorie où tu racontes ta course, tu vas chercher ta veste de finisher et la toute la tension retombe. Il est temps de rentrer.

Un manque de sodium me vaudra un petit malaise vagal à la maison…  un petit aller/retour à l’infirmerie en ambulance vers 2h du matin avec 2 adorables dames qui ont réussi à me porter car j’avais la tête retourné, impossible de tenir debout.

mais tout rentre dans l’ordre rapidement quand je prends une ampoule d’eau salée. Retour à la maison à 3h45.. réveil à 8h pour aller voir Killian, Francois et autres monstres sur l’UTMB.

IMG-20170902-WA0038 : Un énorme merci à ma ravitailleuse en chef Mélissa qui a su être parfaite dans ce rôle qui n’est pas forcément toujours évident. Subir nos caprices de coureurs, attendre dans le froid, se dépêcher pour aller d’un point à un autre… c’est top d’avoir quelqu’un sur qui tu peux compter à 200%. Merci mon amoureuse !

Mais aussi à Guillaume qui m’a suivi sur des petites portions avant et après les ravito, ça fait toujours du bien. Fidèle supporter, caméraman, motivateur… un gros + dans son équipe d’avoir un mec comme ça !

Mon père et Martine toujours présent sur le côté pour t’encourager, te photographier et faire sonner la cloche !! Ma sœur et sa petite fille qui ont été deux supportrices de choc aussi.

Bref un ultra n’est pas une course anodine, elle se prépare toute l’année et il faut avoir d’abord fait ses armes sur plus court pour pouvoir profiter et savourer de ce moment car être dans le dur au bout de 25km je ne vois pas l’intérêt.IMG-20170902-WA0037

Cap sur 2018 avec une fin d’année 2017 100%plaisir,  trail Alésia, les Templiers et peut être la Saintelyon en relais !

Mais c’est sur, la voie de l’ultra pour moi s’est ouverte et l’objectif UTMB est clairement dans les petits papiers dans 5 ans maximum !

Lien live trail pour voir mes temps de passages et des vidéos  aux différents ravito et arrivée : utmb.livetrail.net/coureur.php?rech=3469

 20170903_120457

4 Réponses à “Mon 1er Ultra : LA CCC Courmayeur/Champex/Chamonix!”

  1. Super Pierrot, il me font bien kiffer tes récits! Bravo mec

  2. Sandrine et christian 7 septembre 2017 à 20 h 00 min

    Super récit , vraiment…on regrette de ne pas avoir compris cette super course et de n être pas venus….. encore bravo à toi et félicitations….


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Hbcchenove |
Ligue Aquitaine de Crossminton |
Alan Gourdel |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Union Cycliste Envermeudoise
| 24heuressportstelethonvls
| Lesanciensstade