13 décembre 2016 ~ 3 Commentaires

Saintélyon : la Doyenne! De retour sur mon 1er trail!

Avril 2016 : Mon pote Guillaume me dit : « Bon allez, saintéOr cette année, c’est ma course,Profil-parcours-Saintélyon-2015 on y retourne ensemble et on performe. » {cf il y a 2 ans il s’était super bien senti sur cette course 7h51 pr lui et 8h01 pour moi, c’était notre 1er trail). Comme bon copain, je lui dis ok mais je serai la pour t’accompagner, donc 2/3 clics plus tard l’inscription était bouclée. Quand tu t’inscris en avril pour une course en décembre, tu l’oublies forcément un peu mais elle reste calée au fond de ta tête en te disant « Mon vieux après le marathon des causses aux templiers, faudra pas lâcher et continuer l’entraînement pour finir l’année sans vivre ce que t’as vécu en 2014…(un jour je ferai le récit de cette course..)

Mi/fin novembre : les nouvelles sont pas bonnes pour mon compère, un forfait s’annonce… Déménagement pour ma part, pas mal de taf, une fatigue qui commence à se faire sentir, le week-end fatidique arrive et la motivation n’est pas forcément au beau fixe à 2 semaines de l’evt.

Mon objectif plus que rempli au marathon des causses des templiers avec cette 18ème place, me réconforte et je me dis que je peux tranquillement bâcher cette saintélyon, me faire un petit week-end gastronomique chez mon père sans passer par la case, nuit blanche 72km et 1800D+… L’idée me traverse l’esprit! Mais je suis un compétiteur, j’ai pas le droit Donc au boulot!

Dernière semaine avant course : L’excitation de la course revient, je tcheke le parcours plusieurs fois, je me renseigne, les bons signaux arrivent, je rentre doucement dans ma course. Allez même seul je vais y aller et je me dis que je la cours tranquille sans me faire mal et je verrai bien le chrono.

Vendredi 2 décembre : Je finis mes cours de tennis à 21h45, on embarque direct pour Lyon avec Meli et nous arrivons vers 1h30 chez mon padre qui est encore réveillé à cette heure-ci pour nous attendre trop gentil.
Samedi 3 décembre : Réveil 8h, j’arrive pas trop à dormir plus. Douche puis gros brunch vers 10h sur bon comme d’hab puis direction la halle tony Garnier pour retirer le dossard. J’aime ce moment ou la course commence vraiment, le salon, les partenaires, les nouveautés.. bref c’est tjrs sympa ce moment. D’ailleurs, je découvre la marque Cimalp, ayant besoin d’une 3ème couche pour faire des trekking en montagne, je tombe sur ça : https://www.cimalp.fr/vestes-gilets-randonnee-montagne/veste-ultrashell-etanche-ultra-respirante-advanced-homme–1200.html
Après un essayage et un kiffe total sur l’instant puis une petite réflexion de quelques jours, je viens de le commander sur internet. J’ai hâte de le tester dans les alpes dans 2 semaines.

De retour à la maison, petite aprem comme il y a 2 dans devant du sport, ca sera le Biathlon, super course de Fourcade comme d’hab puis c’est l’heure de s’allonger et d’essayer P1180168de faire 1h de sieste.

Diner aux alentours de 19h/19h30, mon traditionnel, viande blanche, pommes de terres à l’eau. Puis vient l’heure de s’habiller, de prendre qq photos et 21h45 c’est l’heure du départ.

J’ai fait le choix de partir avec des Mizuno rider 18, des running pour profiter d’un max de confort sur la fin de course qui est plutôt bitumé (super choix au final). D’une première couche mizuno breath termon Manches longues + d’un t shirt de course manches courts par dessus. D’un collant kalenji. De mon kway Waa ultra light dans mon sac à dos. 2 fioles de 33cl + une dans mon sac. Pas de poche à eau.Qq barres, du pain du montagnard et une recharge d’isostar. Mon petit verre pliable 6000D également.

P1180174

Nous nous garons de l’autre côté qu’il y a 2ans, je retrouve sur la ligne de départ Eric, une machine, un pote de Guillaume, je me faufile et lP1180178e rejoins sur la ligne de départ, c’est bon nous sommes dans la 1ère vague. Encore 40min d’attente, je suis emmitouflé dans ma doudoune + polaire, je suis trop bien alors que mes potes de course autour de moi caille un peu, c’est l’avantage d’avoir de l’assistance.P1180186

Bon allez 15min du départ, je sers mes chaussures, plusieurs fois pour trouver le serrage parfait, ni trop ni pas assez.10,9,8,7,6,5,4,3,2,1…C’est parti. Je perds Eric au bout de 3mètres, lui voulant partir vite moi un peu moins.. ca bouche sur 50/100m comme tout début de course puis ensuite les grandes routes de Saint-Etienne font le job pour espacer les coureurs. Je pars tranquillement 4’35au km sur les 7 premiers.. je suis en zone de confort pour l’instant. Ne pas se mettre dans le rouge, courir aux sensations vraiment!

Les 1ères montées se font sentir, je marche tranquillement avec pas mal de coureurs, relance en faux plat et sut le plat…Début de course parfaite.

km 15,6 : Saint Christo 1er ravito 1h21min 214ème

Tout va bien depuis le départ, je me trompe juste de fil au pointage et je passe au milieu des relais bref rien de grave. Je m’aperçois que je n’ai pas besoin de m’arrêter ayant pas bcp bu j’ai encore pas mal d’eau et d’isostar dans mes 2 bouteilles de 33cl + ma boutille de 33cl dans mon sac. Bref je continue ma course. Après qq foulées, je vois le panneau arrivée 55km.. y a encore du chemin dis donc.1er fois que je prends un téléphone sur une course, un petit nokia, je peux échanger des sms avec Guillaume et Méli qui me tiennent au courant et en alerte de ce qui se passe et d’ou j’en suis. Meli m’envoie des nouvelles de la tête de course et de mes chouchous Spehler et Stuck.. mais aussi de sa chouchoute Sissi Cussot, elle a bipé 30sec devant moi me dit-elle. Bon allez je me dis que je peux la rattraper, toujours sympa de dire bonjour à Sissi.. Et c’est sur un faux plat descendant que je la vois au loin, je la rattrape, on discute 2min super sympa puis je la double en sachant fortement que je la reverrai car c’est un diesel.. mais quand elle démarre ca avance vite. Bref je me fais pas de soucis pour elle et je profite de ma course. Tout va toujours au top, j’avance la partie avant Saint Catherine est vraiment top, puis le ravito arrive vite.

km 28,2 :Sainte Catherine 2ème ravito : 2h31min 157ème

Je fais un arrêt court juste pour remplir mes 2 bouteilles et je repars dardar. 1 ou 2 passages sur route me permettent d’éteindre ma frontale et de profiter pleinement des étoiles un vrai kiff!!!

Je suis vraiment bien, arrive la côte toute nouvelle 180D+ pour 750m, je la monte super tranquille, je fais même un petit bouchon, une machine me double c’est Mélanie Rousset la future 3ème féminine. Je croyais que c’était Juliette Blanchet.. Bref elle me dit que non c’est pas elle, dommage pour moi lol, on échange très rapidement, elle est pressée et je ne la reverrai plus. On arrive en haut, la relance est un peu dur mais c’est reparti et bien reparti.. 36eme km mi course, je regarde ma montre 3h23.. Pas si mal que ca. Je me dis que les 7h sont peut-être envisageable mais pas de plan sur la comète, j’ai pas vraiment d’objectif et je veux pas me faire mal donc on verra la suite, la route est encore longue…Tout d’un coup arrive une certaine…. Sissi Cussot, tien te revoila je lui dis, on rediscute qq instants super sympa encore et le ravito arrive elle me met 50m mais je bip juste derrière elle, comme à une certaine 6000D 2015…(le récit viendra un jour).

km 39,4 : Saint genou 3ème ravito 3h42min 113ème

Il est 3h23 du matin mais la fatigue ne se fait pas du tout ressentir. Je prends mon temps pour faire le plein d’eau et d’isostar et un petit verre de Coca eau pour me remotiver. Je sais que la course commence ici. Il y a 2ans j’avais vraiment pris cher sur la suite. Mais bon la je suis vraiment bien donc c’est bon signe. En marchant, je change ma batterie de frontale. Mes doigts sont gelés. Je dois continuer à courir avec les mains en boule dans les gants pour les réchauffer.e

Nous passons au km42, le marathon toujours un moment spécial pour moi qui n’ai jamais fait de marathon sur route.. un jour il faudra vraiment que j’en fasse un, je me le dis à chaque fois lol 4h03 de course pour le marathon. Allez go il reste 30km. 43, 44, 45ème. Je me souvenais plus du tout de cette partie, que de faux plats montant… j’aime ca normalement. En dessous de 9kmh je me dis que je dois marcher si j’arrive à être au dessus je continue à courir c’est une petite règle que je m’instaure…

Et la c’est le coup de bambou, je me sens un peu fatigué, je prends mon temps dans une enfin plusieurs montées lol je m’alimente, j’envoie un message aux 2 loustiques qui me suivent en leur disant que j’ai une période délicate.. bref je repars après 2/3km vraiment pas glorieux. S’en suit un passage sur route super long, je me souviens de ce passage ou j’avais vraiment souffert y a 2ans.. bref la je me mets à 20m d’un mec qui va me faire l’allure 2/3km ou je bip en tout juste plus de 12kmh donc je me dis que le coup de barre est passé même si je commence à me battre pour avancer, j y arrive quand même. Enfin ce ravito pfiou c’était long !!

km 52,2 : Soucieu 4ème ravito 5h03 105ème (maintenant que j’écris le Cr comment j’ai pu gagner des places entre ces 2 ravitos alors que j’ai été super nul?? lol)

Je me pose tranquillement et je me dis qu’il me reste un semi, que je suis pas encore cuit donc ca devrait aller et vu le regain de forme que j’ai eu c’est cool. Je rempli mes fioles et je bois mon coca eau + allez une petite madeleine ca me fait trop envie. On repart sur un secteur ou je m’aperçois que je suis plutôt bien et je calcule dans ma tente, il nous reste un semi mais le prochain ravito est à 12km de l’arrivée donc ravito dans 9km, bon ok c’est pas super long ca. Donc gogogo j’y vais.10,5kmh de moyenne sur cette partie. Pas top mais je cours donc c’est cool. Je réfléchi au chrono et je me dis que la ca va être vraiment chaud pour les 7h mais j’ai 0 déception car vraiment je veux faire une course aux sensations sans me casser la tête. Ca passe assez vite et nous arrivons au dernier ravito.

km 62 : Chaponost 4ème ravito 5h58 109ème

Je me reprends une ou 2  madeleines + 2 verres de coca eau et je repars et la je me dis allez prochaine fois ou tu vois des gens c’est l’arrivée donc go on finit tranquille. Le panneau 10km arrive super rapidement ca c’est cool. Puis arrive une montée pas bien méchante et bim énorme crampe au quadri droit, elle m’arrête net. Je bois mon eau salé à grosse gorgée puis je repars pour finir la montée doucement. Arf cette fin de course va être plus compliquée que prévu avec ce départ de crampe zut, flut, chiotte… grrr ces foutus crampes!!!! On continue, je me traine entre 10,5 et 11kmh puis arrive la fameuse côtelette de Beaunant, un mur un vrai mur pour finir cette saintelyon. Je la marche tranquillement, j’envoie des textos pour dire que je suis dans la côte de la mort lol je me fais doubler mais je me dis que peu m’importe je ne suis pas venu faire un résultat, juste kiffer et savourer même si au bout de 66km tu as envie quand même d’en finir et t’es dans le dur…Allez une fois en haut, il me reste 4 ou 5km, je ne suis pas super performant. Les escaliers en descente me font en bien fou aux quadris, les quais sont la, il doit rester 1,5km.. la fin est proche. C’est l’heure de savourer, de prendre du plaisir, de sentir la ligne se rapprocher et de se dire et oui c’est déjà presque finit. Je relance à 11,5kmh sur la fin, pas dingue mais j’arrive à courir tranquillement sans être dans le mal. La hall tony garnier est en vue, virage à droite, on longe la hall, puis virage à gauche et hop la ligne est la…5,4,3,2,1 hop je passe la ligne!

km 72 Arrivée 7h11 124ème

P1180205P1180203

Je passe la ligne content super content avec ce beau chrono au final. Je suis fatigué mais rien à voir avec l’arrivée d’il y a 2 ans ou j’étais allé chercher loin très loin dans mes ressources pour finir en 1 seul morceau. Je profite de papa, martine et ma chérie> Je vais prendre mon beau t-shirt de finisher et direction la boulangerie et la maison pour The petit déj. Miam Miam. Un tiramisu au framboise était promis au finisher… DOmmage mon Guillaume, il était DELICIEUX!Capture d’écran 2016-12-13 à 11.28.21

Voila cette saintelyon 2016 est fini, super course, super bien passée. Le choix des chaussures au top même si dans qq descentes c’était tout juste mais je suis à l’aise dans cet exercice donc ca va. Je ne regrette pas du tout. Ma lampe frontale bof bof. Me retrouvant tout seul sur certaine portion j’ai trouvé que c’était limite, j’aime bien envoyer en descente et quand tu vois pas grand chose c’est dur. Peu de crampes donc de boire de l’eau salé je pense que ca marche. Sinon c’est vrai que j’ai eu un peu froid mais j’avais tellement transpiré y a 2 ans avec mes 3 couches et tout que la, j’étais bien mais juste..Voila pour le matos.

C’est maintenant que la saison se termine après pas mal de course. Une année bien chargée en running, des kiff énorme avec le Vulcain trail dans la neige, le gr20 en 4jours, la marathon des causses en mode machine… Et d’innombrables entrainements toujours top!!!!

2016 c’est fini! 2017 arrive avec un tirage au sort le 13janvier, 1 an plus tard, qui j’espère sera favorable!!! CCC I m coming!!!!!!

P1180207

3 Réponses à “Saintélyon : la Doyenne! De retour sur mon 1er trail!”

  1. Grego On The Run 25 août 2017 à 9 h 36 min

    Génial ton compte rendu. On a couru ensemble cette STL… à 5 minutes d’écart sur la ligne d’arrivée (j’ai terminé 101). Je t’ai probablement dépassé durant ta période crampes. Un très grand plaisir à te lire. C’est donc la CCC la semaine prochaine pour toi?

  2. Bravo, bravo, bravo…….


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Hbcchenove |
Ligue Aquitaine de Crossminton |
Alan Gourdel |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Union Cycliste Envermeudoise
| 24heuressportstelethonvls
| Lesanciensstade